L’ Avoir Mauvaise au Lavoir Moderne

The-Lost-Correspondent-Jason-de-Caires-Taylor

Y’a les épisodes de série qui sortent dans la nuit du mardi. Ya les afters Works du jeudi. Y a shabbat le vendredi soir et « chat-bite » le samedi. Les élections le dimanche, et les érections le lundi matin. C’est cyclique et réglé comme du papier à musique, une semaine.  Au milieu de tout çà, pour certains comme moi, y’a la laverie du mercredi.

40 minutes de cycle, quoi de plus normal. Je ne les vois même pas passer, j’ai le regard plongé dans un bouquin ; le style du mec est fluide et je suis pris dans le tourbillon de ses idées.

BLONK BLONK ; là j’aurais peut être dû lever le nez.

Sans toutefois me laisser submerger par la vague « Fante junior », force est de reconnaître que je me laisse porter par le flot de ses mots, à tel point que je ne me rends pas compte de ce qui se joue du côté de la machine N° 3. Je viens de passer 40 minutes de plus en apnée, sans même m’en apercevoir.

Donc le deuxième cycle est cadeau et tout sauf normal. O TAMBOR, tu me fais tourner la sappe pendant que je sèche ma tristesse dans un livre.

BLONK BLONK : Et un tour de plus, Un.

Là, va savoir pourquoi, je sors de mon immersion. Le Titanic a touché le fond par le passé et je constate que plus d’une heure et demi viennent de s’écouler.

ET MERDE, c’est quoi ce bordel ?!

Les boutons STOP et OUVERTURE ne répondent plus. Eh oh Du bateau ?

le capitaine a pris le large.

J’aurais dû sentir venir le truc. J’en suis à maudire ma pseudo sensibilité littéraire ;

Touché/Couillé.                      Obligé d’appeler la maintenance à la rescousse.

Oui, oui voilà, çà ne veut plus s’arrêter, oui… Et elle me demande le numéro de la machine.

C’est la N° 3.

Mais pourquoi me pose –t-elle cette foutue question?

çà lui change quoi que ce soit la N° 3 ?

Elle joue au Loto ? C’est un chiffre sacré ? C’est dans son  thème astral ?

Et si c’était la 7 ? Et si je te disais que j’en sais rien, que je te réserve la surprise ?

La voix de la maintenance, avec son accent de l’est, mignonne petite babouchka, mine de rien, aurait beau m’annoncer le déluge que je ne verserai pas une seule larme. Bon, elle m’envoie un technicien en plus, c’est formidable.

Cinq minutes plus tard, une petite vieille entre dans ma laverie. C’est ma petite babouchka, c’est donc elle le technicien.

Elle sort une clé, et ouvre la machine.

Sortie du linge : Niagara, çà n’a jamais essoré. Ca a tourné longtemps, et pour pas grand-chose ; ce qui est le lot de pas mal de monde.

_Vous ne pouvez pas le mettre à sécher comme çà. Il vous faut au moins 10-15 minutes d’essorage.

_Plus l’ temps madame, j’ai une vie à côté, vous savez.

Je peux faire un geste commercial, je vais vous laisser de l’argent sur la table pour le sèche linge.   Ah en fait, nan, désolée, il ne me reste que 80 centimes.

80 centimes, putain.

Alors que le type de d’habitude me fait des tours de séchage voir de lavage   gratuit, dès qu’il passe. Quand j’étais gosse, que j’allais au manège , si ma baby sitter était jolie, j’avais un tour gratuit. Voilà le manège des adultes modernes: laver son linge sale sans famille.

Çà y est je suis aux commandes de ma propre galère.

Et je me mets à torcher/froisser ma représentation sociale 100% Coton comme des serpillères à l’extérieur de la boutique.

Je fous tout çà au sèche linge et reprend ma lecture. Çà S’appelle « La tête hors de l’eau », de Dan Fante. Çà raconte le parcours d’un alcoolo.

Très bien, les choses sont plus claires à présent, les dieux ont parlé. J’ vais boire une bière en même temps, honorer ce titre et cette dépendance.

Vive les commerces de proximité.

La machine à 3,70 e s’est occupée de mon linge pendant près de deux heures sous une chaleur comprise entre 30 et 95° . Je lui avais demandé 40° et 40 minutes. Elle en a décidé autrement. 60° pour 120 minutes. La Heineken 50cl à 1,80 e et 5° s’est vidée en moins de 5 minutes dans mon gosier. Mes joues se sont empourprées en moins de 5 secondes. Je ne lui en demandais pas tant.

60 degrés, çà vous crame quelques vêtements.

Ce pull jaune irait bien à un enfant maintenant ; poubelle. Dommage, je comptais déjà l’offrir à la sirène pour qui j en pince. Nana avec qui je nage en eaux troubles et que j’emmène quelques jours hors capitale pour voir ce qu’on peut faire de notre lien.

Çà tombe bien, j’ai plus de sous,  j’ai pas encore été payé ce mois ci et je viens de claquer 150 balles dans les billets de train.

Ahahah. Je suis parti pour 5 tours de séchage. Ahahah. 5 euros.

De mieux en mieux, Dan fante l’alcoolo. J’aime bien ton style papy, je ne connaissais pas. C’est cette gonzesse qui m’a offert ton ouvrage.

Il y a de la flotte partout au sol, ainsi que dans feu la machine N° 3 qu’il faudrait peut être penser a réparer, et dans le séchoir N° 33.

Moi j’ai « la tête hors de l’eau, » l’alcool dans le sang, et encore trente cinq minutes à attendre.

C’est parti pour une seconde bière de chez l’épicier, Oh non, si je dis seconde, c’est qu’il n’y en aura pas de troisième, sinon j’aurais dû écrire deuxième. Alors va pour une deuxième et une dédicace à mon alcoolo du moment dont je suis en train de terminer le bouquin plus vite qu’une 1200 tours minutes.

Troisième bière : 5 degrés et 1litre 5 en moins de 30 minutes çà vous crame quelques cellules.

Une Heineken de plus, 4ème séchage, le compte en banque à sec et un type qui jubile de sa fin d’aprem de merde dans un endroit où l’on se purifie.

Pas fini de mariner, moi. TAIEB CROCHET.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s