LES ANNEES ZERO

P1000144

Etre né quelque part ? Nan. Pas ailleurs qu’à Paris, pour eux, et dans les années 80, qui plus est.

Ils auraient pu tout autant naître à Berlin ou Lisbonne et être les mêmes. Ils ne sont déjà qu’empruntés.

Cà les a fait intégrer l’âge adulte dans les années 2000. De 2000 à 2010, il n’y a que du commencement, 2001, 2, 3, 4 et ainsi de suite.

Ils ont connu, accompagné, participé à l’essor du cannabis comme premier anti dépresseur chez les jeunes et les moins jeunes, en France. Ils ont suivi la révolution qu’a observé Paris avant de devenir la capitale de l’ennui.

Ils payent baguettes et clopes plus chères qu’auparavant.

Ils sont jeunes mais ont pris un  sacré coup de vieux avec le passage à l’euro. Ils ont pris pas mal de drogues dès 18 ans. Leurs potes, leur génération aussi.

Ils ont beaucoup joué à la Playstation. Beaucoup fumé de joints. Ils ont autant côtoyé la fac que leurs parents ces derniers temps. PEU.

Ils ont été marqués  par la gonzesse aux trois nibards, dans Total Recall. Ils s’imaginent Los Angeles retranchée entre les descriptions d’Ellroy et Tupac.

Ils assassinent comme tout le monde la grammaire à coups de textos.

Ils ne s’appellent même plus, ils se skypent. Ils ne croient pas plus en dieu qu’ils n’ont réussi à le faire avec le père noël.

Ils versent plus dans des théories du complot que dans le communisme ou la Foi.

Leur jeunesse n’emmerde même plus le front national mais s’emmerde, elle-même, profondément.

Ils ont dénigré les concours d’entrées aux grandes écoles pour passer haut la main l’examen des grosses conneries.

Ils font partie de cette génération levi’s501 de père en fils, passés d’une installation NOOS pirate bouquet complet aux torrents.

Bruit et odeur riment avec Corona, pièces jaunes et tête de veau.

Ils ont volé eux même leurs premières revues érotiques en kiosque, et maintenant c’est de l’Ultra Hard qui vient polluer leur écran de PC.

Superman a fini en fauteuil roulant ;

Ils se sont endormis au son des histoires de Gripari.

Ils ont troqué leurs vieux rêves contre une réalité chiante, ont très vite déchanté la première fois qu’ils ont été à New York en vacances. Ils désertent les soirées hip hop pour chiner lors de sets électro.

Ils sont la génération, la bannière, l’emblème, l’émanation des années Zéro, et il faut bien conclure une décennie.

Cette décade était la leur, mais elle les a plus façonné que l’inverse ; ils se sont laissés faire.

Les dessous de Babylone ne les font plus bander.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s